La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie Vallée-du-Richelieu (CCIVR) estiment que la Stratégie numérique présentée aujourd’hui par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et vice-première ministre du Québec, Dominique Anglade, cible les éléments clés pour permettre au Québec de prendre le virage numérique nécessaire à son développement. Ce virage de l’État vers une économie numérique est
devenu essentiel et urgent.

« La Stratégie numérique est ambitieuse et la mise en œuvre nécessitera des moyens importants. Pour atteindre les cibles annoncées, elle doit être soutenue par des mesures concrètes afin que ses objectifs deviennent réalités. C’est de cette manière que nous demeurerons compétitifs, et que nos jeunes et nos travailleurs seront bien préparés aux défis de demain », affirment Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ et Me Marie-Claude Duval, présidente de la CCIVR.

Au cours de la dernière année, la FCCQ a fait partie du groupe-conseil en économie numérique où elle a
plaidé en faveur de mesures visant à :

  • Déployer l’Internet à haute vitesse dans l’ensemble des régions du Québec;
  •  Faciliter les investissements privés dans le secteur des TIC;
  • Assurer le développement des connaissances et de compétences pointues;
  • Favoriser l’utilisation par nos entreprises, des technologies numériques;
  • Numériser les services publics offerts par le gouvernement et les municipalités.

« La volonté du gouvernement de rendre accessible l’Internet à haut débit pour 100 % des Québécois à la grandeur du Québec était attendue de notre côté. Ce déploiement permettra de hausser l’intensité numérique des entreprises, et viendra assurer la vitalité économique du Québec et de ses régions. On peut affirmer que nos demandes en ce sens, ont été entendues », a poursuivi M. Forget.

Le développement de compétences numériques pour tous

La FCCQ et la CCIVR saluent par ailleurs la volonté du gouvernement d’intensifier la transformation numérique au sein du système éducatif québécois. Pour elles, l’apprentissage du numérique doit se faire de manière générale dès le primaire, afin d’augmenter les compétences en littératie numérique. Les mesures qui  découleront du nouveau Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur devront refléter cette caractéristique essentielle du marché du travail.

Il faudra également s’assurer que le soutien au développement des compétences numériques de la maind’œuvre puisse permettre aux adultes d’acquérir les  connaissances nécessaires suivant l’évolution de leur domaine et accroître leur mobilité professionnelle. La Stratégie numérique vient reconnaître cette importance, en plus de vouloir faciliter l’attraction et la rétention de main-d’œuvre spécialisée pour développer de nouvelles façons de faire dans notre économie.

Rehausse de l’intensité numérique des entreprises de 50% d’ici cinq ans

« Devant le défi du manque de main-d’œuvre au Québec, les entreprises cherchent à innover dans leurs façons de faire afin d’être plus efficaces dans leurs activités quotidiennes. Le numérique représente une avenue pour rehausser leur productivité et élargir leur marché par le commerce électronique », ont conclu
Stéphane Forget et Me Duval.

Grand
partenaire

Partenaires annuels